Se fixer des objectifs

La façon dont les objectifs sont fixés diffère souvent d’une entreprise à l’autre. Parfois, vous postulez pour une fonction et les objectifs que vous devez atteindre sont déjà pré-établis et offrent une marge de manoeuvre très faible.

Dans un autre environnement professionnel, c’est le manager qui fixera les objectifs avec le collaborateur. Il pensera le guider sur le chemin de la performance et sera souvent animé par ses propres objectifs à atteindre. La rentabilité économique passera au premier plan, sans se soucier de l’humain.

Il est assez rare qu’un collaborateur soit vraiment autonome et puisse décider des objectifs qu’il atteindra en fin d’année. Or il s’agit généralement d’une requête formulée par les managers. La plupart des collaborateurs interprètent souvent cette demande comme une forme de contrôle.

Or définir des objectifs est essentiel pour avancer. Ils nous donnent une direction à suivre et nous permettent de nous auto-évaluer. Ils seront parfois trop ambitieux et parfois pas assez, mais ils nous permettront de faire un bon debrief de notre année. Grâce à eux, nous aurons l’occasion de revenir sur les moments plus difficiles, mais également les moments plus faciles. Se fixer des objectifs sur du plus long terme, c’est voir plus loin et plus grand. C’est vouloir atteindre un but, individuellement ou collectivement, qui va nous donner l’énergie d’avancer. C’est aussi s’autoriser un sentiment de satisfaction lorsqu’un cap est franchi. Se fixer des objectifs, c’est pouvoir fêter la victoire au bout de la course, se regarder les uns les autres et se dire bravo.

EST-CE POSSIBLE DANS UN MODELE D’ENTREPRISE LIBEREE?

J’ai souvent entendu un flou autour de cette notion d’entreprise libérée. “Il ne répond pas aux attentes, mais on ne peut plus rien lui dire”, “chacun est autonome et ce n’est pas à moi de lui dire qu’il est sur le mauvais chemin”, “on ne peut plus parler de performances de peur de blesser les collaborateurs”, “seul l’humain compte dans ce nouveau modèle d’entreprise”, etc.

Il y a énormément des questions qui tournent autour de cette notion de performances. A certains moments parler d’objectif deviendrait presque vulgaire.

N’oublions pas que l’entreprise doit rester rentable pour continuer à vivre. Je n’entrerai pas dans les détails de ce que votre entreprise fait de ses dividendes. Il existe bien des livres sur le modèle capitaliste dans lequel nous vivons qui pourront vous inspirer et vous donner des explications bien plus précises que les miennes. Il n’empêche que j’ai la conviction que vous pouvez aussi avoir un impact dans votre entreprise. En agissant différemment, selon vos valeurs et vos convictions fortes, vous les inciterez à changer davantage leurs comportements, et à agir avec plus de respect pour la planète et pour vous. Je ne sais pas vers quoi notre système capitaliste va évoluer, mais je peux vous assurer qu’en ajoutant de la cohérence à vos actions, en suivant vos intuitions, vous ferez la différence. On a tous un rôle à jouer.

Par contre, aujourd’hui, une entreprise qui ne gagne pas d’argent n’en aura pas non plus pour payer ses collaborateurs à la fin du mois. Il est donc important de garder cette donnée en tête.

ETRE EN ACCORD AVEC LES OBJECTIFS DE L’ENTREPRISE

Avant de déterliner ses objectifs à l’année, je pense qu’il est important de prendre un peu de recul. Certaines étapes sont nécessaires pour comprendre l’environnement dans lequel vous évoluez.

En effet, ne penser qu’à soi et à l’année qui se profile devant vous peut vous amener à prendre une mauvaise direction. Dès lors, se fixer des objectifs qui vont dans un sens opposé à ceux de l’entreprise pourrait vous amener certaines difficultés.

Il est donc essentiel que vous compreniez les enjeux et que vous voyez les choses dans leur ensemble. Vous faites partie d’un écosystème au sein de votre organisation, dans lequel chacun se doit de collaborer pour mieux travailler ensemble.

Si vous n’êtes pas en accord avec objectifs de votre entreprise, je vous invite à vous poser à nouveau cette question essentielle : Ai-je toujours envie d’évoluer dans mon organisation ? Si ce n’est pas le cas, prenez action ! Ne restez pas dans une boite qui ne vous donne pas d’énergie.

ETRE AUTONOME VS FAIRE CE QUE JE VEUX

L’entreprise libérée amène souvent de la confusion dès qu’on parle de performance et de résultats à atteindre. Cette notion de liberté et d’autonomie du collaborateur parait être en contradiction avec la notion d’objectifs. Mais détrompez-vous, ceux-ci prennent tout leur sens lorsqu’ils sont établis de manière respectueuse. Et bien sûr, on n’oublie pas la notion d’exigence envers soi-même, ses collègues et l’entreprise.

Quand on vous demande de choisir vos objectifs, pour qu’ils vous correspondent au mieux et que vous vous sentiez capable de les réaliser, cela ne veut pas dire “fait ce que tu veux, c’est toi qui décides”.

Certains managers peuvent se sentir perdus dans ces nouveaux modes d’organisation et adoptent une forme de “non-action” face à certaines personnes qui n’en font qu’à leur guise et ne respectent pas le cadre.

Le but est donc de réfléchir à son propre plan de développement et à ce que vous voulez atteindre tout au long de l’année. Prenez le temps d’écrire toutes vos envies et puis de faire le tri. Posez-vous les questions suivantes :

  • Mes objectifs vont-ils dans le sens de ce que l’entreprise veut réaliser?
  • Est-ce que mes objectifs à l’année s’inscrivent dans une vision à plus long terme?
  • Sont-il assez ambitieux?
  • Sont-ils SMART (spécifiques, mesurables, ambitieux et temporellement définis)
  • Ai-je un vrai impact sur les objectifs définis?
  • Comment vais-je évaluer ces objectifs à la fin de l’année?

Lorsque vous aurez pris le temps de travailler ces questions, je vous invite à aller vous faire challenger. Demandez à votre manager ce qu’il en pense, mais aussi à vos collègues et aux personnes qui seront impactées par vos actions. Si vous êtes vous-même manager, n’hésitez pas à les faire challenger par des membres de votre équipe.

S’AUTO-EVALUER

Dans ce nouveau modèle de gouvernance, l’auto-évaluation prend tout son sens. En tant que collaborateur vous avez l’opportunité de faire votre propre bilan personnel. Vous allez pouvoir mettre en lumière vos forces, mais aussi vos faiblesses. Le manager, lui, est présent pour écouter et ensuite vous faire un retour sur ce que vous lui avez expliqué. Il est là pour vous rappeler le sens et faire le lien entre vos performances et la rentabilité économique de l’entreprise.

On entre alors dans un dialogue sincère, avec de vrais feed-backs donnés à l’un et l’autre. La manager vous partagera sa réalité des choses, mais vous aurez aussi l’opportunité de partager la vôtre. Vous obetenez une certaines liberté de parole qui n’était pas présente par le passé. C’est une différence majeure avec les entretiens classiques de l’entreprise hiérarchique.

Pour commencer, reprenez donc les objectifs que vous vous étiez fixés en début d’année ou en début de projet. C’est parti !

Dans le debriefing de vos objectifs, n’hésitez pas à prendre en compte tous les éléments que vous avez rencontrés au long de votre parcours. Quels ont été les moments-clés dans la réalisation de vos objectifs ? Avez-vous eu des moments plus difficiles à vivre ? D’autres plus heureux ?

Ensuite, réfléchissez à la manière dont vous avez envie que votre évaluation se déroule. De combien de temps avez-vous besoin ? Avec qui allez-vous parcourir votre auto-évaluation ? Comment faire en sorte que cet entretien se passe bien pour vous, et qu’il soit constructif ? Prendre le temps de créer un cadre de bienveillance vous sera extrêmement bénéfique lors de votre auto-évaluation.

Vous pouvez maintenant entrer dans le vif du sujet. Voici quelques questions pour vous guider :

  • Avez-vous atteint précisément l’objectif que vous vous étiez fixé?
  • Quelle marge de manoeuvre vous étiez-vous laissé?
  • Vos résultats sont-ils liés à l’économique ou à l’humain?
  • Quelle a été votre création de valeur pour l’entreprise?
  • Quel enseignement tirez-vous de votre année? Quelles sont les choses à reproduire ou à ne pas reproduire.
  • Votre impact s’est-il limité à vos collègues ou votre département, ou a-t-il eu un rayonnement plus grand?
  • Quelles sont les personnes qui vous ont aidées ou au contraire les personnes qui ont été bloquantes? (Pensez aussi à leur faire un feedback )
  • De quoi êtes-vous le plus fier?

Alors est-ce que vous pouvez être fier de vous et ouvrir une bouteille de bulles? Allez-vous ouvrir une grande ou une petite bouteille ? Avec qui pouvez-vous célébrer cette victoire ? Parce que quand il y a quelque chose à fêter, c’est plus sympa à plusieurs.

Et vous ? Comment avez-vous fixé vos objectifs cette année ?

Partagez si vous aimez
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon guide "les bienfaits de la libération d'entreprise pour moi collaborateur".